Areva change de nom et devient Orano

Areva s’appelle désormais Orano et change son logo. Orano souhaite faire valoir une nouvelle vision en tant qu’energeticien dans un contexte où la question du développement durable se fait pressante, et affirme son expertise dans ses domaines historiques. L’opération aura coûté 5 millions d’euros.

Orano veut faire oublier les précédents d’Areva

Les déboires que le géant Areva a connu par le passé ont directement influé sur la nouvelle stratégie du groupe.

Au niveau financier tout d’abord : le groupe s’est fortement endetté suite à certains rachats qui n’ont pas porté leur fruit. Areva, dont la dette est estimée à 3 milliards d’euros, avait procédé à l’achat d’Uramin en 2007 qui s’avéra être une erreur. Mais les difficultés ne se limitent pas à ce simple rachat, l’ancienne patronne, Anne Lauvergeon, a été mise en examen dans le cadre de cette affaire.

Ensuite, les difficultés rencontrées dans la gestion de crise de Fukushima a porté un lourd préjudice au secteur.

Orano : changement de nom pour un repositionnement

L’annonce a été relayée sur le nouveau site du groupe, Orano Group, ainsi que sur les réseaux sociaux. L’objectif premier d’Orano est de se recentrer sur le métier du nucléaire. Si l’argument auprès du grand public et des décideurs politiques est celui de la production d’électricité bas carbone, il s’agit surtout pour Areva de se concentrer dans un coeur de métier après que la multinationale ait vu son groupe scindé en trois entreprises différentes.

Si le coût de l’opération est estimé à 5 millions d’euros, la nouvelle entité entend faire baisser ses coûts immoblier avec un déplacement de site prévu pour 2019.

L’Asie est désormais un enjeu majeur pour Orano. Philippe Knoche, aux commandes d’Areva depuis 2014, a fait part de son objectif de 30 % de chiffre d’affaire en Asie. Toujours selon lui, la région représentera 50 % du marché du nucléaire mondial.

Auteur de l’article : La rédaction