Nouvelle direction au sein d’Engie : l’opération séduction d’Isabelle Kocher ratée ?

Engie vient de designer son nouveau président, Jean-Pierre Clamadieu, qui succédera à Gérard Mestrallet.

Jean-Pierre Clamadieu, le favori

Jean-Pierre Clamadieu disposait du soutien de l’Etat, actionnaire d’Engie. Mais son expérience a aussi fait poids. Quant à Isabelle Kocher, elle n’était pas dans les bonnes grâces de nombreuses personnalités, telles que Gérard Mestrallet, ou bien encore la présidente du comité des nominations, Françoise Malrieu.

Qu’est ce qui a flanché dans l’opération communication d’Isabelle Kocher ?

Isabelle Kocher avait une vision, sur tous les plans, pour Engie. Isabelle Kocher avait des projets industriels portés aussi par un idéal de société. Elle voulait porter Engie au stade de la multinationale qui apporterait au monde. Elle n’occupera pas le poste suprême, et ce malgré une opération de communication ficelée mais trop axée sur le grand public.

En effet, Isabelle Kocher a bien fait le tour des plateaux radio et TV, s’est entretenu avec des journalistes de BFM Business et a même lancé une étude au sujet de ses prises de position pour tâter le pouls auprès du grand public, mais pas auprès de sa cible.

Si l’opération de lobbying était vouée à l’échec parce que perdue d’avance, elle s’est alors penchée sur la question de l’image, de son image, avec des sujets d’actualité qui lui permettait d’assurer en visibilité médiatique. Mais cela n’a pas joué en sa faveur lors de la décision finale.

Isabelle Kocher reste le « patron »

Isabelle Kocher conserve en effet son statut de « directrice opérationnelle », de « patron » aiment dire certains. Le nouveau Président l’a lui même assuré, avec une certaine condescendance que l’on peut regretter dans cette sphère décisionnelle.

Elle a réussi à ne pas tomber dans le piège qui voulait l’enfermer dans la condition de « femme patron » (preuve en est les nombreuses références au féminisme quand elle est interrogée), il ne lui reste plus qu’à faire peser son esprit tactique dans l’intérêt du groupe.

Auteur de l’article : La rédaction